Voyage : au classement des pays les plus LGBT-friendly, la France perd 11 places

Le site web Spartacus a établi son classement des pays les plus LGBT-friendly dans le monde. Surprise : la France a perdu 11 places par rapport à l’année dernière.

En tête du classement, on trouve le Portugal, la Suède et le Canada à égalité à la première place. Comme chaque année, le guide international Spartacus a publié sa liste des pays les plus LGBT-friendly dans le monde. Parmi eux, le Portugal a fait un bon de 27 places entre 2018 et 2019. Au total, 197 pays sont classés par ce site web qui a publié le Spartacus Gay Travel Index 2019 le 26 février dernier.

14 critères sont utilisés, comprenant les droits civils des LGBT+, les lois anti-discriminations en vigueur, ou si l’âge de consentement s’applique pareillement aux couples hétérosexuels et homosexuels. Le classement fait également état de toutes les discriminations effectuées par les différents pays, des restrictions pour les voyageurs séropositifs, en passant par l’interdiction des Marches des fiertés. Enfin, les restrictions des libertés individuelles, comme la prison pour les personnes LGBT+, sont elles aussi prises en compte.

La France 17e

Classée à la sixième place en 2018, la France a chuté de 11 places pour se retrouver au 17e rang cette année. L’augmentation des agressions LGBTphobes ainsi que le retard pris par le gouvernement sur l’adoption de la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes sont certainement des raisons – non exhaustives – de ce recul.

À LIRE AUSSI : PMA pour toutes : le gouvernement dément le report de la loi (sans donner de date)

Classés à la 34e place du classement en 2017, les États-Unis ont chuté à la 39e place en 2018, et finissent 47e cette année. La politique anti-LGBT de Donald Trump est, elle aussi, passée par là.

À LIRE AUSSI : La Cour suprême autorise Trump à bannir les personnes trans’ de l’armée

La Tchétchénie arrive, pour la deuxième année consécutive, à la dernière place du classement. Selon les révélations de nos confrères du journal russe, Novaïa Gazeta, le pays organise une purge anti-LGBT depuis 2017. Un rapport de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), publié en décembre 2018, a notamment dénoncé un régime « d’impunité », dans lequel des violations « très graves » des droits de l’Homme sont perpétrées. Selon la plus grosse organisation de défense des droits des LGBT+ en Russie, cette purge se serait intensifiée en janvier 2019. Des faits qui expliquent le positionnement de la Tchétchénie tout en bas du classement du site web.

Crédit photo : Shutterstock. 

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail